Le marathon de Paris avec Anaïs... 13 avril 2014

Dimanche 6 avril - Marathon de Paris 

<<<< PREFACE <<<<

J'ai commencé la course à pied (ou plutôt le footing lent :-)) en juin 2010 après m'être inscrite à une course sur route de 10kms dans la ville de Brest : «Brest Court » que je termine le 10 octobre 2010 en 1h03'.

Très rapidement, j'ai pris goût à la course à pied grâce au club "Brest Goélopeurs" que j'ai rejoint en octobre 2010.

Je termine mon 1er semi-marathon en mars 2013 en 1h57'.

Fin septembre 2013, je m'inscris au marathon de Paris et rejoins le "XV athletic club" pour me préparer à relever ce défi.

La préparation sera difficile... Au milieu de ma prépa (6 semaines avant le jour J), c'est la descente aux enfers. J'ai des douleurs au niveau du 1er métatarsien (gros orteil gauche), résultat de l'irm : pré-fracture de fatigue... Les médecins, mon coach, mes proches me préconisent d'abandonner mais je refuse. Heureusement je vais réussir à me guérir en arrêtant ma prépa marathon pendant 7 jours consécutifs ce qui me permettra de bien me reposer et récupérer :-) 

 

<<<< AVANT LE DEPART <<<<

5h : Au réveil, je ne réalise pas encore que c'est le jour J. Je mange 1/3 de mon gatosport cuit la veille, et bois mon bol de thé.

07h15 : je retrouve Stef à Lourmel qui me rejoint à l'entrée du métro avec son grand sourire. Allez Hop, direction les Champs Elysées. On se retrouve vite entassée dans le métro avec pleins de coureurs et d'accompagnateurs. A ce moment, je pense à cette chanson débile de Patrick Sébastien "Ahhh qu'est ce qu'on est serrés au fond de cette boite...." :-)

07h45 : On arrive au terminus Charles de Gaulle - Etoile : il y a des coureurs partout dans les couloirs du métro. La sortie du métro est bloquée mais au bout de 5 minutes on arrive à sortir et rejoindre les consignes situées Avenue Foch. On dépose nos sacs, on prend une petite photo souvenir #selfiedesfutureschampionnes et c'est parti. 

On remonte l'avenue Foch, et on se retrouve au pied de l'arc de triomphe et là c'est magique. On marche au milieu du rond-point des Champs Elysées sans se rendre compte que quelques voitures circulent encore. C'est l'euphorie, je suis tellement heureuse d'être là avec Stef.

08h15 : C'est l'heure de la photo du club devant le magasin Louis Vuitton. On retrouve la gang marathon, on immortalise ce moment, on s'encourage avant l'effort avant de rejoindre nos sas respectifs.

08h40 : échauffement, accélérations, pause pipi chez hippopotamus et c'est l'heure de rejoindre notre sas 3h45.

08h45 : Ayé on est dans le sas, prêtes à prendre le départ de cette distance mythique : 42,195 kms. Le top départ de la course approche, c'est magique. On nous demande d'acclamer le champion olympique Kenenisa Békélé avant de donner le coup d'envoi de la course et là un coup de feu résonne.... c'est parti !!!! 

09h20 : Après avoir discuté, sautillé, et retrouvé Marc. C'est le moment pour nous de prendre le départ :-)

 

<<<< PENDANT LA COURSE <<<<

1er - 5ème km : on s'élance, on se cale rapidement sur notre allure de 5'20'' au km. J'ai mon genou gauche qui me tiraille : bizarre. On croise Philippe et Vincent au 2ème km avec leurs pancartes "Fanny pense à vous", "pensée positive", c'est top. Merci !

On est positionnée juste derrière le 1er meneur d'allure du sas. On maintient le rythme. 5ème km, 1er ravitaillement, 1er gel pour moi. Ça fait du bien de boire de l'eau. Il fait 15°C dehors. On décide de vider quelque peu la bouteille et de la garder sur nous puisque il fait vraiment chaud. On remonte la rue de rivoli en plein soleil, ce n’est pas évident.

5ème - 10ème km : on est toujours derrière le meneur d'allure. Malgré la chaleur, on profite de la course et des orchestres ainsi que des encouragements, applaudissements avant d'arriver place de la bastille au 2eme ravito.

10ème - 15ème km : on vient de passer la place de la bastille. Il fait chaud !  On a toujours notre bouteille d'eau que l'on garde après chaque ravito. D'ailleurs c'est stef qu'à le plus souvent la bouteille dans la main : Merci ma poule  :-) On s'attaque à la montée de Daumesnil puis on se retrouve sur la plateau de Vincennes et sur le lieu de départ du semi-marathon. Il y a moins de supporters. On a constamment soif, il fait trop chaud... 

15ème - 20ème km : On quitte Vincennes pour retourner à Bastille. On croise un athlète du XV que l'on retrouvera avant la fin de la course vers le 38ème km. On passe ce 15ème km dans les temps, on arrive même à passer devant le meneur d'allure de notre sas pendant 500m. 

Puis avant la porte de Charenton, on croise Eric du club, "Super Lapin" qui nous encourage et court quelques mètres avec nous avant de quitter la course. Il me dit de faire attention aux panneaux de signalisation. Et oui, pour la petite histoire, je me suis prise un panneau en pleine tête lors d'un entrainement à l'hippodrome de longchamp ;-) 

20ème km : on a pratiquement bouclé le 1er semi, je suis super contente. Mais bon le plus dur est devant nous... Avant le passage du semi en 1h52 (pile dans les temps), on croise Seb le copain de stef et une copine à elle, ça booste ! Par contre, je commence à être gênée par ma ceinture cardio, et ma ceinture sur laquelle j'avais mes 4 premiers gels. Heureusement ma sœur Marie m'attend avec son copain au km 22 donc je lui jette mes deux ceintures. Je suis super contente de les voir ! 

20ème - 25ème km : ça commence à être dur... Je commence à sentir que j'ai quelques ampoules au pied gauche. Et puis j'ai les gels des premiers kms qui commencent à remonter, bah ça me dégoutte. A l'approche du 25ème km, stef prend la bouteille d'eau. A ce moment-là, je ne peux pas avaler mon gel. On descend sur les quais de seine, c'est dur il fait trop chaud. 

25ème - 28ème km : On est maintenant sur les quais, il fait chaud et les jambes commencent à tirer. On passe le tunnel du Louvre, c'est génial l'ambiance dans ce tunnel. On se retrouve plongée dans le noir avec des flashs de lumière et la musique à fond. Ambiance DISCO, c'est excellent. Ça me permet d'oublier que j'ai les jambes qui tirent. 

A la sortie du tunnel : SURPRISE. On croise l'élite - Jérôme qui court quelques mètres avec nous et qui nous encourage jusqu'au tunnel suivant. Je croise également Marie-Estelle avec sa pancarte "Allez Anaïs", je suis super contente. Puis on retrouve Stéphanie Labreuche, notre 1ere sauveuse, qui nous attend au km 27. Elle nous propose de l'eau, nous encourage, MERCI STEPHANIE. Je croise également une nouvelle fois ma sœur et son copain. Mais aussi, mon chéri, j'ai envie de pleurer quand je croise son regard. 

28ème km, C'est Elodie qui nous rejoint pour nous aider :-))) On l'attendait depuis le 25ème km notre seconde sauveuse. Elle m'aide énormément entre le km28 et le km32. MERCI ELODIE ! 

30ème - 35ème kmAu km 30, Stéphanie Labreuche et Elodie nous aident pour les ravitos : c'est top ! J'ai encore trop chaud et très soif. Je bois une demi-bouteille et demande à Elodie de m'aider avec mes gels. Je lui donne ma besace et là elle me donne le gel "coup de tonic" ce qui m'aide à bien repartir. 

A ce moment-là, on est toujours proche du meneur d'allure 3h45 que l'on ne va pas tarder à perdre... Et oui, moi j'ai du mal à relancer, les tunnels m'ont scié les jambes. Stef est toujours à côté de moi, elle m'a l'air un peu dans le dur également.

Au km 31, c'est Caroline une copine qui nous rejoint. Elle m'encourage, court avec nous et ça me booste. Je la remercie en lui serrant la main puisque je n'ai pas la force de lui parler. 

Puis au km 32, c'est au tour de Mathilde de nous rejoindre, une vraie mère poule : MERCI MAMAN MATHILDE. Elle commence par m'aider à affronter la montée de la rue molitor. Je la suis et écoute à la lettre ce qu'elle me dit.

Au km 33, on est déjà porte d'Auteuil... C'est tellement bizarre, je me suis tellement concentrée pour monter cette fichue côte que j'ai du mal à me rappeler ce qui s'est passé. J'étais focalisée sur les paroles de Mathilde et je regardais ma copine Caroline à côté de moi qui essayait de me suivre sur ce dernier km. Elodie nous rattrape sur le faux plat et dit à Mathilde "Pars avec Anaïs, prends ses gels, Stef est dans le dur on va rester avec elle avec Stéphanie Labreuche". Quand j'entends ça, je me dis "NONNNNNNNNNN je ne peux pas l'abandonner". Mais je positive en me disant qu'elle va réussir à repartir comme pour son 1er marathon. Et puis, je me dis qu'il vaut mieux que je reste devant puisque je risque de connaitre un moment de bad moi aussi. Du coup, je continue à avancer avec Mathilde qui m'encourage et qui me dit de ne rien lâcher. Un peu avant le ravitaillement du 35ème, j'ai soif encore soif...

35ème - 40ème km : km 35, on finit notre tour de Roland Garros. Mathilde part me chercher mon ravitaillement. Je continue ma course avec le bruit de cette sirène d'ambulance qui me suit et qui résonne dans ma tête. C'est affreux ! Elle n'avance pas cette ambulance puisque les coureurs ne la laisse pas passer du coup elle va me suivre pendant une quinzaine de minutes... Mathilde revient, je bois encore la moitié de la bouteille d'eau tellement j'ai soif.

Puis, on approche du lac inférieur du bois de Boulogne, et là dans le virage c'est mon chéri qui m'attend pour m'encourager. Je n'ai pas la force de lui sourire mais je suis heureuse. Je continue à écouter Mathilde qui me répète d'arrêter de regarder ma montre et de profiter de ma course. Mais j'ai beaucoup de mal à me détacher de ma montre puisque je sens que je ralentis. Je n'arrive pas à aller plus vite que 5'40'' au km... 

Km 36, on croise Christophe le coach ainsi que Fraicheur et d'autres personnes du club qui crient mon prénom et m'encouragent, c'est top. Ils nous informent que DD n'est pas loin ! 

Un peu après avoir croisé Christophe, on affronte la dernière montée du Marathon. Mathilde me dit de ne rien lâcher et me dit que c'est beau ce que je fais "Regarde tous les gens que l'on dépasse" "Allez Anaïs". Après cette montée, ça redescend un peu et c'est le moment de croiser Vincent, Philippe et Laurent qui m'encouragent en hurlant mon prénom :) Je n'arrive même pas à leur esquisser un sourire, je suis en mode "ROBOCOP".

Au niveau du 38ème km, Mathilde me donne le gel coup de fouet avec un peu d'eau pour m'aider à affronter les 5 derniers kms. 

40ème - 42ème km : La fin de la course approche, Mathilde me dit de profiter de ce moment, d'arrêter de regarder ma montre et surtout elle continue de m'encourager. Je l'écoute et reste hyper concentrée. 

On approche du 40ème km, j'ai soif. Mathilde me trouve de l'eau mais elle est chaude donc je fais un caprice, et je refuse de la boire (désolée Mathilde, j'étais affreuse)... Mais heureusement, Antoine arrive avec des bouteilles d'eau fraîche peu de temps avant le ravitaillement. Je bois, il m'encourage, me dit de ne rien lâcher. 

On passe le ravitaillement du 40ème avec Mathilde quand soudain : GROSSE SURPRISE. Stef, Elodie et Stéphanie Labreuche nous ont rattrapés :-))))

Je suis tellement contente ! On croise super coach DD.

On est tous ensemble entre athlètes du XV. Les filles nous encouragent ainsi qu'Antoine. Stef a retrouvé sa forme, elle part devant moi. Mathilde me dit que je dois l'accrocher, il faut que je termine avec elle, que l'on termine ensemble. Je m'accroche, Mathilde crie "les filles, il reste 3 tours de Lenglen, ALLEZZZZZZZZ" on passe le 41eme km, nos accompagnatrices sont déchaînées. Elles nous propulsent jusqu'à l'arrivée. Marie-Estelle, ma copine court également à côté de moi avec sa pancarte "Allez Anaïs" sur les 400 derniers mètres avant la porte dauphine, c'est génial. Marie-Estelle et Mathilde sont éjectées de la course. Il reste Stef, Élodie et moi. Stef est devant, je la rattrape à porte dauphine et là dans la dernière ligne droite elle part en sprint pour finir ce marathon. Malgré les hurlements d'Elodie qui me dit d'accélérer, j'ai un peu de mal à suivre Stef dans son accélération donc je finis 20 secondes derrière elle.

 

<<<<< ARRIVEE : LA BOUCLE EST BOUCLEE : BONHEUR, PLAISIR<<<<

Je termine mon 1er marathon en 3h49'09''. Je suis trop contente !!!!! 

Je prends Stef dans mes bras pour la féliciter et Elodie pour la remercier. Des journalistes s'approchent de nous avec leur caméra pour connaitre nos premières impressions. A ce moment-là, je ne sais pas ce que j'ai dit :-)) ce n’est pas grave pour les journalistes hihi, ON L’A FAIT et je suis MARATHONIENNE :-) Je suis trop contente. Elodie et Stéphanie m'aident à marcher, j'ai plus de jambes et les pieds en feu avec mes ampoules. On retrouve Corinne qui vient de terminer peu de temps derrière nous son marathon et également un collègue de boulot qui me félicite.

Puis, on récupère notre médaille et notre T-shirt : c'est magique. Mais j'ai encore SOIF. Je crois que ça ne m'est jamais arrivé de boire autant d'eau en une matinée.

Ensuite, après le passage aux consignes je retrouve en haut de l'avenue Foch, mes proches et fidèles supporters qui ont fait le déplacement : mon chéri, ma sœur, son copain, Laura, Philippe, Marie-Estelle, Caro (qui a terminé le marathon seule puisqu'elle m'a perdu après la porte d'auteuil).

 

J'en garde de magnifiques souvenirs :-))) 

Vous devez être connecté pour poster un commentaire