Brest court... et Régis aussi !

Suite du dimanche 14 octobre 2012... Après la Roche Maurice le matin, rendez-vous était donné à un maximum de Goélopeurs l'après-midi pour ce qui est l'un des grands raouts de la course à pied à Brest, "Brest court", qui étonnamment attire beaucoup plus de monde que le cross de Brest en décembre, pourtant pourvu d'une course nature au parcours que je trouve bien plus intéressant et d'un circuit de cross qui n'est pas mal non plus. La période et la météo sans doute. D'ailleurs, alors que le temps était globalement bien pourri en cet automne 2012, voilà que le soleil entrait en résistance et avait décidé d'égayer cette édition de Brest Court. Soit les organisateurs avaient pactisé avec les dieux, soit ils avaient le cul bordé de nouilles. Je penchais pour la seconde solution. Non non, je n'ai pas une dent particulière contre Brest court, mais je reste perplexe quant au nombre important de participants par rapport aux autres courses du coin, qui sont, je l'accorde, beaucoup moins médiatisées et pour certaines il est vrai un peu plus difficiles. Beaucoup participent et se contentent de Brest court dans l'année, se disant sans doute que parce que le parcours est plat et en bitume, ca passe et ça fait office de course de l'année. Je ne leur donne pas tort, mais qu'il est dommage de se priver des autres courses alentours, pas très loin, dans le Léon, les Monts d'Arrée ou la presqu'île de  Crozon, aux parcours certes un peu plus durs, mais qui valent largement le déplacement.

 

Etirements, douche et repas effectués après la Roche Maurice, je me préparais à nouveau et revêtais ma tenue officielle de Goélopeur (que j'avais gardée propre, je courais avec un maillot banal le matin) pour descendre au port de commerce. A 14h30, je descendais en footing des Quat'Moul' pour aller au port de Co, avec le certif médical dans la main que je n'avais pas encore fourni pour l'inscription. 2.5 km plus bas, après être passé à Recoucou et devant le Château, je descendais les escaliers du Cours Dajot et rejoignais le barnum des inscriptions, près du bâtiment du Grand large, quai de la Douane. Malgré la course du matin, j'avais un objectif avoué, celui de descendre sous les 45'. L'objectif a t-il été tenu, vous le saurez en lisant la suite, suspense !

 

Après avoir récupéré mon dossard, je retrouvais Ruth, une Goélopeuse de la première heure qui venait prendre son dossard pour le 5km. Puis je retrouvais aussi Maurice, qui avait fait le 14km à la Roche le matin et était venu en spectateur nous encourager. Je dis à Ruth que je pouvais peut-être l'accompagner sur le km 4 ou le dernier mais ne parvins cependant pas à honorer cet engagement, il y avait beaucoup de monde et de barrières. En plus, je retrouvais des Goélopeurs alignés sur le 10km, Benjamin, puis Jean-Paul. Je me contentais donc d'être également spectateur du 5km.  Ce n'était pas pour déplaire avec toutes les minettes qui y participaient.

 

En moins d'une demi-heure, le 5km était parcouru, et surprise, Pauline, première Goélopeuse, y participait, ainsi qu'Emmanuelle. Ruth, elle, finissait tranquille avec le sourire. Elle n'avait pas couru depuis un moment et c'était l'occasion de faire le sport de la week-end comme disent les anglo-saxons, euh non, les Irlandais ! Avec Benjamin et Jean-Paul, nous encouragions chacune des Goélopeuses engagées sur le 5km. A l'arrivée, Pauline et Ruth étaient contentes mais nous avions perdu de vue Emmanuelle. Bon, en tout cas, les Goélopeurs et Goélopeuses engagés sur le 10km arrivaient au fur et à mesure. Il y eut Fabien, puis, Romain, Mathieu, Xavier, Denis, Seb, Julien et Arnaud. Je ne vis pour l'instant pas d'autres Goélopeurs engagés.

 

Nous partîmes entre gars nous échauffer peu avant le départ vers la jetée, quand au niveau des chantiers du Guip, enfin une fille, Camille, nous rejoignait. Je saluais au même moment Stéphane, un collègue de boulot coureur. Après un bref tour sur la jetée, il était plus que temps de venir se positionner sur la ligne de départ, nous étions un peu loin, et sur le retour, nos meilleurs coureurs durent faire l'effort d'aller se placer tandis que je restais avec Xavier et Camille.

 

Le départ était donné, au niveau du Grand Large. Ca partait gentiment, puis assez vite, le nuage de coureurs s'éclaircissait suffisamment pour que l'on puisse y pratiquer un peu de slalom et accélérer, ce que je faisais, suivi par Xavier. Ke me sentais suffisamment bien pour remplir mon objectif. Cependant, le slalom de début de course était assez irrégulier en rythme et par conséquent énergivore. Le premier kilomètre était effectué en 4'40s, correct, mais insuffisant. Nous étions partis tout droit vers l'Est pour faire une première boucle de 2.5 km. En revenant, après le premier kilomètre, je doublais Catherine, tiens une autre Goélopeuse en plus, qui était plutôt très facile en ce début de course, elle arrivait à parler à l'aise. Je continuais pour faire un premier passage devant les spectateurs massés au port de commerce, avec Xavier pas loin derrière.

 

Les passages devant les foules ont le mérite d'attiser les fiertés chez les coureurs et de faire ressortir ce qu'il y a de meilleur en eux-mêmes, et je ne pouvais m'empêcher d'accélérer à la vue du public pour descendre en 4'30 puis en 4'20 au kilomètre. Ceci dit, aussitôt la petite boucle faite avec un premier passage devant les bateaux amarrés entre les Chantiers du Guip et la criée de Brest, comme par exemple la majestueuse Abeille Bourbon, il y avait moins de monde, et inévitablement, je ralentissais pour me caler en 4'40. Le parcours à Brest court, pas super intéressant permet tout de même de croiser directement en sens inverse les premiers. Aussi, je ne ménageais pas mes efforts pour applaudir et encourager à haute voix les premiers, puis Seb E., champion local et bientôt Papa avec une Goélopeuse (Céline coach abdos ;-), qui nous manque tout de même !), notre Seb à nous, champion aussi, coach des Goélopeurs, puis Romain, également coach des Goélopeurs, suivi de Fabien, de Mathieu et Arnaud. Suivaient Denis et Jean-Paul qui avaient aussi droit à mes encouragements. A chaque fois, même dans l'effort, je donnais de la voix. Après le demi-tour au rond-point à l'Est, je continuais mes encouragements mais pour ceux que je croisais dans l'autre sens, comme Charlotte par exemple, une autre Goélopeuse que je n'avais pas vue au départ. Puis Benj, coach des Goélopeurs, arrivait aussi. Ah ben tiens, il savait où se placer, il était bien plus près des jolies folies filles que moi.

 

Je continuais mon chemin, sentant Xavier proche de moi comme le matin à la Roche. J'encourageais aussi René de la Légion St-Pierre ainsi qu'une Joëlette pilotée par des Cavaleurs. A force de brailler en courant, je me rendais compte, que je n'étais pas complètement désenrhumé, et je devais évacuer de temps à autres quelques glaviots. J'avais franchement la désagréable impression d'être un moteur à quatre cylindres fonctionnant sur trois, je n'étais pas au mieux. Cela se confirma au ravitaillement, où, après un verre d'eau, je restais expectorer les intrus tandis que Xavier me dépassait. Je lui indiquais en même temps que c'était foutu pour les 45', nous étions en 22' et bien entamés... Je repartais un peu mieux et repris l'avantage sur Xavier, non sans me faire un peu mal.

 

Après un nouveau passage devant la foule où je mis un point d'honneur à avancer plus vite, j'eus un coup de mou au 7ème kilomètre, en entrant dans la base navale. La ventilation était bonne désormais, mais les jambes étaient fatiguées. Etait-ce du au matin à la Roche-Maurice ? Je ne voulais pas le croire, même si il était évident que les jambes étaient ramollies du matin. Après un passage devant l'esplanade du port du Château, direction la jetée où je recroisais Denis. Le bougre, je n'avais pas commencé la jetée qu'il l'avait déjà terminée, autant dire que Denis faisait un super chrono. Plus loin sur la jetée, je croisais Jean-Paul, bien en deçà de ce qu'il pouvait  montrer à l'entrainement, et qui aurait pu courir de concert avec Denis jusqu'au bout. Je continuais sur la jetée, espérant cette année ne pas avoir en face de moi une seiche fraichement pêchée crachant toute son encre. Les pêcheurs ont été assez disciplinés cette année, du moins lorsque je suis passé. Sur le retour de la jetée, je recroisais Catherine que j'encourageais, Benj', avec qui l'on se topa la main au dessus de la barrière, puis Charlotte, que j'encourageais une seconde fois.

 

Il ne restait plus qu'un kilomètre, mais c'était dur, je n'arrivais pas à accélérer comme je le souhaitais et le ressentis en passant une seconde fois devant le bateau l'Abeille Bourbon, avant d'entamer la dernière ligne droit devant le public. Je  n'avais plus de jambes et mon accélération de fin de course était digne de celle d'un escargot sur un support mouillé, ça avançait certes, mais pas très vite. C'était même carrément nul par rapport à l'année dernière où j'avais offert un véritable sprint en spectacle. Je me faisais coiffer sur le fil à l'arrivée par une charmante jeune fille du Stade Brestois et entendis en même temps le nom de la présidente des Semelles de vent de Bohars au micro du speaker. Je compris que j'étais arrivé en même temps que la famille Roué, mère et fille. Une petite consolation en cette fin de course moisie.

 

A l'arrivée, déception. Déjà à cause des trois derniers kilomètre plutôt laborieux, mais aussi par le chrono, de 46'56, soit 2' de plus que l'objectif avoué. Certes, c'était mieux que les 47'22 de l'année passée, mais là, même avec la Roche Maurice le matin et un rhume tenace, je n'avais pas vraiment d'excuses pour cet échec, c'était un objectif réalisable. Une fois la puce remise et le T-Shirt pris, direction le barnum où boissons chaudes et collation étaient offerts. C'était l'occasion de retrouver les autres Goélopeurs, ceux contents, et ceux comme moi un peu déçus, comme Jean-Paul et Xavier, qui auraient pu espérer mieux. Mais il y avait aussi des bonnes nouvelles. Je vis à l'arrivée Delphine et Annie que je n'avais pas eu l'occasion de voir sur la course. La large  participation des Goélopeurs à cette édition de Brest court fut un très bon point, où au total 20 Goélopeuses et Goélopeurs étaient présents et ont tous terminé, dont de nombreuses nouvelles, bravo à tous !

 

Vous devez être connecté pour poster un commentaire