Comment évaluer sa progression ?

Il est très motivant pour le coureur d'avoir une idée de sa progression. Un résultat positif entraînera une satisfaction de soi et une motivation supplémentaire pour poursuivre l'entraînement qui devra parfois se faire dans des conditions plus compliquées (par exemple l'hiver). En revanche, si le résultat n'est pas celui attendu, il faudra remettre en cause l'entraînement afin d'évaluer ce qui ne convient pas au coureur (nombre de sorties par semaine, récupération, style d'entraînement etc).

2 tests vont vous permettre d'évaluer votre progression. Ils sont faciles à mettre en place, relativement courts et ils vont vous permettre de vous jauger

 

  • le test demi-Cooper

c'est un test de terrain. Il consiste, après un bon échauffement, à courir la plus longue distance possible en 6 minutes. Le test doit bien sûr être réalisé sur une piste afin d'évaluer précisément la distance parcourue.

Résultat : si la distance augment tous les 4 mois c'est que vous progressez.

 

  • le test de Ruffier-Dixon

c'est un test plutôt médical qui évalue votre vitesse de récupération suite à un effort.

L'exercice se déroule en 4 phases :

  1. Prenez votre pouls au repos sur 15'' (P1)
  2. Réaliser 30 flexions de jambes en 45''
  3. Prenez votre pouls immédiatement après sur 15'' (P2)
  4. Reprenez une dernière fois votre pouls sur 15'' et ce, 1' après l'arrêt des flexions (P3)

Ensuite le résultat se calcule de la manière suivante :

(P2 - 70) + (P3 - P1) / 10

Résultat

< 0 - Très bonne adaptation à l'effort

0 à 2.9 - Bonne adaptation à l'effort

3 à 5.9 - Adaptation moyenne à l'effort

6 à 8 - Adaptation difficile à l'effort

> 8 - aucune adaption à l'effort (risque pour la santé)

 

Ces tests doivent être réaliser entre 1 et 3 fois par an dans des conditions similaires.

Pensez à bien écouter son corps, c'est aussi la clé de la progression.

Vous devez être connecté pour poster un commentaire